Ma note :

Lawrence Osborne - Terminus OasisLawrence Osborne est globalement méconnu en France, où il vécut pourtant, mais à l’étranger ce globe-trotter est un essayiste connu pour ses publications hétéroclites, passant d’un essai sur l’autisme à un recueil de voyage, en passant par plusieurs livres sur l’alcool et par d’innombrables contributions à des périodiques internationaux. Il débarque dans les librairies françaises avec son premier roman, The Forgiven, et quelque chose me fait dire que nous n’avons pas fini d’entendre parler de cet auteur.

David et Jo sont un couple de britanniques un peu old school, en plein déclin : lui est médecin et alcoolique, en plus d’être passablement irritant, et sa jeune compagne est une auteur de livres pour enfants qui s’ennuie un peu. Ils sont invités par un couple de richissimes expatriés homosexuels, vivant dans une casbah marocaine en plein coeur du désert, au milieu d’autres convives aux nationalités variées.

Roulant de nuit dans une vieille voiture de location, avec quelques verres dans le nez, sur une route qu’il ne connaît pas, David heurte accidentellement un jeune homme dans le désert. En panique, il embarque le corps dans la voiture, et poursuit sa route jusqu’à la propriété de ses amis, où la fête bat déjà son plein.

Tandis que les convives profitent d’une fastueuse orgie de nourriture dans ce désert dont les habitants sont pourtant si pauvres, les propriétaires se retrouvent obligés de gérer cet ennuyeux cadavre avec l’aide de leurs serviteurs, qui gardent pour eux tout le mépris que leur mode de vie leur inspire. Quand le père du jeune homme viendra réclamer le corps de son fils, tout le monde retient son souffle : ces habitants du désert réclament que David les accompagnent pour l’enterrement.

Voici un roman original, qui dépeint l’exubérance d’un mode de vie occidental dans une région austère, aux moeurs moins théâtrales, mais aussi le désir de vengeance d’un père envers l’assassin de son fils. Un roman sur l’introspection, qui nous réserve quelques surprises car les victimes sont parfois des salauds. Une lecture agréable d’un auteur à surveiller, qui n’a sûrement pas fini de nous parler du déraillements de nos vies.

Terminus oasis, de Lawrence Osborne est publié en septembre 2012 aux États-Unis sous le titre « The Forgiven ». Il est publié en France le 2 mars 2016 aux éditions Calmann-Lévy.