Ma note :

Quel fléau cette rentrée littéraire ! L’épidémie de coronavirus ne suffisait pas, il fallait qu’en plus on subisse une épidémie de bons livres, c’est vraiment affligeant. Je suis pour le retour des livres médiocres, des lectures ennuyeuses, des romans qu’on abandonne sur le coin de la table de chevet et qu’on regarde en se disant hum ce soir je vais plutôt me faire une série. Parce que là, avec ces histoires de nous sortir des bons bouquins, ils nous rendent complètement accros ces éditeurs : on y perd nos soirées, on néglige nos heures de sommeil, un dimanche à 14h on relève la tête de sa lecture en se demandant si c’est vraiment nécessaire de déjeuner, etc. Rien ne va plus, cette rentrée m’a totalement déréglé.

Alors oui c’est vrai, vous allez me dire mais quand même il est joli ce bouquin, la couverture elle est sympa (doit-on remercier Phileas Dog ?), peut-être même tenterez-vous de vous justifier en disant mais tout le monde dit qu’il est génial, j’allais pas le rater !, vous blâmerez la belle-mère, vous accuserez votre libraire, vous ferez croire qu’on vous l’a prêté, que vous n’y êtes pour rien dans cette histoire, j’en vois même essayer de me dire que tout ça c’est parce qu’il a reçu le Prix Première Plume 2020 : fadeza*

D’abord, personne n’aime les belles histoires. Le Lubéron, la Provence, le sud, les cigales à n’en plus finir, ce mistral qui souffle à vous clouer au sol, les incendies qui ravagent les coteaux et les flancs de la montagne l’été, les vestiges de la conquête romaine et les légendes gauloises avec ses divinités espiègles, on n’a plus lu ça depuis des décennies. Et c’est bien les hommes qu’on pourra blâmer d’avoir déterré ces vieilleries, ces deux voisins qui n’ont jamais beaucoup échangé et qui se retrouvent soudainement à jouer les archéologues clandestins pour mettre à nu une improbable source ferrugineuse qui les entraînera dans des aventures rocambolesques.

Bien sûr, c’est bien écrit, c’est un roman magique qu’on peine à lâcher, qui nous entraîne pendant des heures dans cette région où le soleil cogne plus fort qu’ailleurs, où les légendes et les rêves se mélangent subtilement pour tenter de nous perdre, mais ne parviennent qu’à nous évader savoureusement de nos dimanches pluvieux. Évidemment, qu’on va le recommander partout, le prêter aux copains, dire à notre libraire dis-donc le premier roman de Mak-Bouchard là, c’est quelque chose hein, quel voyage ! Mais bon sang, laissez-nous nous ennuyer un peu à la fin. On en a marre, d’adorer vos histoires !

*fadaises

Le Dit du Mistral, d’Olivier Mak-Bouchard, a paru le 20 août 2020 aux éditions Le Tripode.