À propos des livres

Étiquette : gilly macmillan

La Fille idéale, Gilly Macmillan

Ma note :

Gilly Macmillan - La fille idéaleJ’avais découvert Gilly Macmillan avec son premier roman « Ne pars pas sans moi » que j’avais lu l’an dernier et à propos duquel je gardais un très bon souvenir, celui d’un polar très britannique, sombre et humide à la Broadchurch, sans l’aspect grandiloquent des thrillers américains. Aussi quand j’ai vu passer son nouveau roman, La Fille idéale, il était hors de question de rater l’occasion de retourner dans l’ambiance de cette auteure pleine de promesses.

Zoé est, en apparence, une jeune fille idéale, studieuse, évoluant dans une famille recomposée mais aimante, sur le point de donner un récital de piano devant pas mal d’invités. Bref, une jeune fille avec un brillant avenir. Et pourtant, ce soir là, tout s’effondrera lorsqu’un homme interrompra la représentation.

Très vite, nous comprendrons que Zoé est rattrapée par son passé, duquel sa nouvelle famille ne sait rien, sa mère ayant préféré leur cacher. C’est que, plus jeune, elle a tué trois de ses camarades dans un tragique accident de la route alors qu’elle conduisait sous l’influence de l’alcool et d’une drogue qu’elle clame avoir reçu à son insu. Après avoir purgé sa peine en centre de détention, Zoé et sa mère ont déménagé pour se lancer dans un nouvelle vie, prendre un nouveau départ.

Comme le superbe film Boy A (sorti en 2007) nous l’avait déjà appris, difficile pour ces jeunes au passé trouble de repartir de zéro, de faire table rase du passé. Zoé devra même revivre un nouveau drame au sein de sa famille, mettant chacun sous la loupe de la police, à la recherche d’un coupable pour cette macabre histoire.

J’ai été un peu moins emballé par cette seconde lecture de Gilly Macmillan, l’histoire ayant quelques airs de déjà-vu, et mis à part le twist final que j’attendais sans grande surprise, je ne peux pas dire que j’ai été plus passionné que cela par ce roman. C’est dommage, le talent est là, l’histoire a du potentiel, mais j’ai juste l’impression d’être passé à côté.

La Fille idéale, de Gilly Macmillan, est publié au Royaume-Uni en septembre 2016 sous le titre « The Perfect Girl » . Il est paraît en France aux éditions Les Escales le 4 mai 2017 dans une traduction de Christel Paris.

Ne pars pas sans moi, Gilly Macmillan

Ma note :

Gilly Macmillan - Ne pars pas sans moiC’était un dimanche ordinaire pour Rachel Jenner, cette mère célibataire récemment divorcée, qui se baladait en forêt avec son fils Ben, huit ans. Un dimanche ordinaire jusqu’à ce que son fils, qui lui demande l’autorisation de partir devant sur le chemin jusqu’à la maison, disparaisse. Elle pense à une blague, un mauvais tour, un jeu d’enfants, jusqu’à ce qu’en quelques secondes l’incertitude et le doute la ravagent, puis cette douleur, viscérale : son fils a disparu.

La police arrive rapidement sur les lieux, ainsi que le père de l’enfant. Les recherches débutent, les questions de la police également. Puis très vite, la culpabilité, quand elle doit expliquer pourquoi Ben n’était pas resté à côté d’elle. Les voisins s’activent, les recherches s’intensifient, et quand au bord de l’eau les enquêteurs retrouvent les vêtements de l’enfant soignement pliés, l’enlèvement ne fait plus aucun doute.

La conférence de presse tenue par l’inspecteur en charge de l’enquête est un désastre, cette mère au visage hagard, avec du sang sur les mains, est bien en peine face à la brutalité des questions des journalistes. Très vite, l’histoire s’emballe : la presse ne la lâche plus, et sa maison est assiégée jour et nuit de journalistes. Sur les réseaux sociaux comme sur internet, le peuple spécule, et certains condamnent sans procès cette mère paniquée.

En parallèle de l’enquête et de la descente aux enfers de Rachel, racontée comme un flashback, l’auteur nous emmène dans les carnets tenus par une psychologue, chargée de rencontrer l’inspecteur Jim Clemo à distance de cette enquête, et de faire le point sur son propre ressenti.

Si sur certains points le roman aurait pu gagner en originalité, ou en noirceur, Ne pars pas sans moi reste un thriller efficace à l’atmosphère pesante, qui s’intéresse à l’aspect médiatique d’une affaire de police touchant la société. Un roman bien construit, facile à lire, qui réussit brillamment à maintenir le doute jusqu’aux dernières pages quant au sort de ce petit garçon.

Ne pars pas sans moi, de Gilly Macmillan, est publié en février 2015 au Royaume-Uni sous le titre « Burnt Paper Sky ». Il paraît en France en février 2016 aux éditions Les Escales dans une traduction de Christel Paris.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

error

Retrouvez également mes coups de cœur sur