À propos des livres

Étiquette : alexia stresi

Batailles, Alexia Stresi

Ma note :

J’avais découvert Alexia Stresi avec son premier roman Looping, paru chez Stock déjà en 2017. Quatre ans plus tard, alors que ma libraire me parle de ses récents coups de cœur, elle me tend Batailles en même temps qu’elle m’explique pourquoi elle a adoré.

Rose est une jeune sage femme qui voit sa vie bouleversée par la disparition soudaine de sa mère Brigitte. Bouleversée, ça veut dire qu’elle n’est plus capable d’assister à un accouchement sans faire un malaise, que l’abandon de sa mère partie sans laisser de traces en demandant à ce qu’on ne la retrouve pas l’empêche de se sentir complice de la création de cette filiation qui l’a trahie.

Alors Rose change de vie, cuisine, se soigne avec Rémi son amoureux, et alors qu’elle avait juré que non, jamais, la voilà maman de deux jumelles.

Un beau jour, c’est un fait divers sordide qui viendra remettre la douleur dans la vie de Rose, sur cette cicatrice qu’elle avait oublié. À Berk, le corps sans vie d’une très jeune enfant noire est retrouvé, et pour Émile qui l’a découvert comme pour le gendarme qui débute l’enquête, c’est une déchirure, surtout lorsqu’ils découvriront les circonstances du drame.

La première partie du roman essentiellement tournée vers la découverte de cette petite fille sans vie à Berk m’a beaucoup touché, et tandis que je lisais au cœur de la nuit, j’avais les yeux rougis de larmes. Batailles est un beau roman sur la filiation, le déracinement, sur l’histoire de ces enfants de la Réunion qu’on a arraché à leur famille pour repeupler la Creuse. J’ai été moins emballé par la seconde partie du roman, mais l’écriture est belle et j’ai été heureux de retrouver cette autrice sensible que je continuerai de lire.

Batailles, d’Alexia Stresi a paru aux éditions Stock le 6 janvier 2021. Service de presse numérique obtenu via NetGalley.

Looping, Alexia Stresi

Ma note :

Alexia Stresi - LoopingCertaines femmes connaissent des destins incroyables, des vies rocambolesques, comme c’est le cas de Noelie, l’héroïne de ce second roman d’Alexia Stresi. Et même si l’œuvre est une pure fiction, c’est un beau clin d’œil qu’adressent les éditions Stock en publiant ce très beau roman un 8 mars, journée internationale des femmes.

Tout commence à Imperia, à la fin du dix-neuvième siècle, une ville placée « sous le soleil, près de la mer, et sur une terre fertile » qui vit de la culture des fleurs. Camilla est une jeune femme rustique, qui travaille aux champs avec les hommes la journée, s’occupe des bêtes le soir, et vit à la ferme avec ses parents. Quand après le passage d’une garnison de soldats, son ventre s’arrondit, ses parents accueillent la nouvelle sans grande chaleur, son père étant de ceux que l’on décrit comme taiseux.

À la campagne, il était naturel de se taire. C’était ainsi qu’on se comprenait le mieux, avant que les mots s’emmêlent.

Quelques mois plus tard naît Noelie, une petite fille dont la curiosité et la vivacité chambouleront rapidement la vie de la ferme. Quelques années plus tard, le père du soldat décide d’assumer les responsabilités que son fils n’a pas pris, et emmène Camilla et Noelie en ville dans sa vie d’industriel aisé, un monde de modernité, avec électricité, eau courante et accès à l’éducation. L’une et l’autre apprendront à lire et à écrire ensemble, binôme déjà inséparables.

Alors qu’elles retournent vivre à Imperia à la mort du vieil homme, leur vie va prendre un sacré tournant lorsque, quelques années plus tard, le soldat de passage revient accompagné d’un curé, bien décidé à épouser Camilla et à s’occuper de sa fille qu’il n’avait jusque là jamais vue. Soldat dévoué à un régime fasciste alors en pleine expansion, il sera envoyé en Libye, colonie italienne d’alors, comme podestat de Tripoli.

La rencontre de Noelie avec l’air chaud du moyen orient, le sable brûlant du désert et les tribus de bédouins, va changer sa vie et transformer le destin de celle qui était vouée à une vie de fermière illettrée pour en faire l’une des femmes les plus importantes d’Italie, côtoyant les chefs d’états, négociant le forage de l’or noir avec le nouveau régime libyen, s’entourant de la haute société italienne dans sa résidence de bord de mer.

C’est une folle épopée que la vie – les vies ? – de Noelie, un personnage incroyable comme on aimerait qu’il puisse en exister. J’ai lu d’une traite ce formidable roman en ayant l’impression d’avoir traversé l’histoire et les continents en trois heures d’une lecture ininterrompue. Une très belle découverte, et un joli coup de cœur que je ne saurai que vous conseiller de dévorer à votre tour.

Looping, d’Alexia Stresi, est publié le 8 mars 2017 aux éditions Stock.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

error

Retrouvez également L'Homme Qui Lit sur