Ma note :

Alors que je terminais l’épilogue de S’il n’en reste qu’une, un des six romans obtenus avant l’été grâce à ma participation au Prix du roman FNAC, je savais qu’il s’agirait de mon coup de cœur, du roman que je défendrais sans bafouiller. Je venais de traverser près de 250 pages d’un voyage initiatique incroyable qui m’avait transporté au Moyen-Orient et j’étais déjà convaincu de tenir là une de mes plus belles lectures de l’année.

Rachel Casanova est une journaliste canadienne travaillant au Sydney Match en Australie qui est envoyée dans le nord de la Syrie pour enquêter sur le devenir de ces combattantes kurdes ayant lutté contre Daech. C’est à Kobané, tout au nord de la Syrie à la frontière de la Turquie, qu’elle découvrira dans un cimetière fermé au public le portrait de deux de ces combattantes, Tékochine et Gulistan.

Elle débutera son enquête sur le destin tragique de ces deux femmes dont les noms accolés sonnent un peu comme la promesse d’une histoire incroyable, d’un conte moderne. De fil en aiguille et à force de patience, elle gagnera la confiance des combattant.e.s kurdes de cette province du Rojava, au nord de la Syrie, afin d’en apprendre plus sur l’histoire extraordinaire de ces deux camarades d’armes. Au cours de son périple, il lui faudra même braver la répression de l’armée turque pour rencontrer la cheffe d’un des camps cachés de la résistance kurde, afin de découvrir l’émouvant dénouement de leur ultime bataille.

Quel roman ! Quelle aventure ! De la première à la dernière page, j’ai été happé par ce récit, par le destin aussi intriguant qu’incroyable de Tékochine et Gulistan. Il en faut du talent pour faire vivre en si peu de pages une histoire si dense, transformée au fil des pages en un mythe guerrier. Le destin de ces combattantes kurdes, d’abord utilisées pour lutter contre Daech puis ensuite persécutées par la Turquie au nom de la lutte contre le terrorisme est un grand coup de cœur littéraire, un voyage chahuté qui chamboule, émeut, et ne devrait pas vous décevoir. Ne le ratez pas !

S’il n’en reste qu’une de Patrice Franceschi paraîtra le 25 août 2021 aux éditions Grasset.