Ma note :

Difficile de classer ce roman de l’autrice québécoise Anna Raymonde Gazaille dans un genre précis, tant il est à mi-chemin entre du nature writing et du polar. On pourrait dire, par simplicité, que c’est un polar qui se passe dans l’humidité de la forêt boréale canadienne, mais ce serait de toute façon réducteur tant ce roman nous emmène au-delà des frontières de tel ou tel genre littéraire.

Brigit vit à l’écart de la communauté dans une maison isolée et entourée par les bois à l’orée d’une petite ville canadienne où elle est arrivée il y a trois ans, fuyant un passé tourmenté et un homme qui la hante depuis des années. C’est dans les bois à la limite de sa propriété et de celle de ses parents qu’elle découvrira le corps sans vie de la petite Rondeau, treize ans, recherchée par sa famille et la police depuis la veille.

Elle n’aura pas vraiment d’autre choix que de collaborer avec la police, surtout avec Simon Kerouac, un inspecteur dépêché par la Sureté du Québec pour mener l’enquête, qui ne la laisse pas indifférente. Comment réussira-t-elle à l’aider sans se livrer trop, ni trahir son passé et les secrets qu’elle essaie d’y cacher ?

Quand le cadavre d’une autre jeune fille sera retrouvé au bord de la route, disposé comme s’il avait été mêlé à un rituel ancien, l’enquête s’accélèrera et Kerouac aura besoin de l’aide de Brigit pour s’infiltrer à proximité des entrepôts ou Ben Rondeau, le frère de la victime, mène des activités connues pour être illégales. Des réponses à propos de ces deux morts inattendues s’y cachent peut-être…

C’est une belle surprise, une très belle surprise même que ce roman. J’ai d’emblée adoré l’ambiance, cette forêt boréale étant un personnage presque à part entière de l’histoire, avec son passé, ses peuples historiques et les secrets qu’elle abrite. Le style de l’autrice a fait le reste et je me suis retrouvé aimanté à cette histoire que j’ai englouti dans les vingt-quatre heures, pour mon plus grand plaisir. Ne le ratez pas !

Secrets boréals d’Anna Raymonde Gazaille paraîtra le 3 décembre 2021 aux éditions Le Mot et Le Reste. Service de presse numérique adressé par l’éditeur.