Ma note :

I CAN’T BREATHE !

Ce roman est un roman, il s’est librement inspiré d’un fait divers tragique au retentissement international de par ses caractéristiques sociales : celle d’un américain noir qui meurt après une horrible asphyxie de 9 minutes, plaqué au sol par un policier blanc, une scène intégralement filmée par des témoins et qui a soufflé sur les braises toujours ardentes des inégalités raciales aux États-Unis.

Dans ce roman qui n’est donc pas un récit de la mort de Georges Floyd, l’auteur haïtien Louis-Philippe Dalembert revient sur un drame fictif mais similaire ayant conduit à la mort d’Emmett suite à l’appel au 9-1-1 d’un gérant d’une supérette de Franklin Heights, un quartier au nord de Milwaukee, pour une banale histoire de faux billet.

Après sa mort médiatisée, une galerie de personnages vient nous parler d’Emmett, de son ancienne institutrice à son pote dealer, en passant par son ancien coach sportif à l’université, une ex petite amie, des amis d’enfance, … Tous décrivent le même homme chaleureux et enthousiaste, une carrière possible dans le football professionnel jusqu’à cette blessure qui, mêlée à l’arrogance de la jeunesse, brise tous les espoirs et plonge Emmett dans une spirale infernale.

C’est un roman magnifique, incroyablement touchant que nous offre l’auteur au travers de tous ces récits débordant d’humanité. Ils viennent rappeler que, derrière chaque mort que chacun juge selon un tas de critères personnels, se trouvait un être vivant avec un passé, une famille, des amis et l’espoir d’une vie qui ne s’arrête pas si brutalement. À lire, et à relire, en attendant un monde meilleur.

Milwaukee Blue de Louis-Philippe Dalembert a paru le 26 août 2021 aux éditions Sabine Wespieser.