Ma note :

Voilà un roman qui m’avait aguiché sans honte lors de la rentrée littéraire, qui s’était fait remarquer, dont tout le monde parlait, et qui, je l’avais bien saisi, rêvait comme tant d’autres de finir entre mes mains, dans mon lit, à accompagner mes soirées dans une chaleureuse intimité feutrée, à tourmenter mon sommeil, à éveiller chez moi les désirs les plus fous. J’avais d’abord résisté, le coup classique auquel tout le monde s’attend, pour attiser l’envie. Autour de moi, on continuait de me dire comme c’était bon, comme j’avais tort de résister, que je devrais me laisser aller. « En plus, elle est du coin ! » insistait-on comme un ultime argument. Je faisais mine de ne pas être très intéressé mais secrètement, j’avais déjà en tête une certaine forme de passion. J’étais loin du compte.

Ce livre est fabuleux. Il est formidable, extraordinaire, sensationnel, j’ai été frénétiquement emballé par sa lecture, je lisais comme si ma vie en dépendait, comme si les mots de Julia Kerninon étaient mon oxygène et que j’avais été en apnée depuis de longues minutes. C’est cruellement rare, de tomber en amour d’un livre comme ça, d’être saisi, culbuté, ensorcelé par sa lecture. J’ai eu de belles lectures lors de cette rentrée littéraire, j’espère en vivre encore, mais rares sont ces romans qui m’ont touché et emballé comme celui de la vie de Liv Maria. Alors d’abord et avant toute chose, mille mercis chère Julia Kerninon pour cette pépite littéraire, pour ce roman que j’aimerais relire dès demain en espérant y retrouver tout le plaisir de ma première lecture, comme un junkie nostalgique.

Merci pour cette héroïne de littérature, cette femme forte qui mêle la rugosité d’une mère bretonne qui ne baisse jamais les bras et la tendresse d’un père norvégien sensible à la littérature. Merci pour ces aventures, pour l’amour, pour l’exil, merci pour cette improbabilité, pour la librairie, pour l’Irlande, pour les frissons et les incertitudes. Merci pour cette plume, superbe, que j’ai découvert comme édifié de ne jamais l’avoir lue avant, pour ce sens du récit incroyable qui m’a laissé plus souvent qu’à mon tour en apesanteur dans l’histoire, impatient mais heureux, le cœur léger.

Merci. Foncez. Ne le ratez pas.

Liv Maria, de Julia Kerninon est publié aux éditions de l’Iconoclaste le 19 août 2020.