Ma note :

Difficile d’être passé à côté de la sortie du dernier Joël Dicker, sortie décalée de fin mars à fin mai à cause de la fermeture des librairies pendant l’épidémie de Covid-19. Dicker, j’en suis parfois moi-même surpris, est un auteur que certaines et certains n’ont jamais lu. Preuve qu’au delà du phénomène, des critiques et des avis aux antipodes, de l’auteur belle-gueule super banquable, il subsiste une forme de désintérêt de ceux qui se méfient des romans dont on parle trop. Pour ma part, j’avais lu les trois précédentes parutions, avec beaucoup de plaisir pour La Vérité sur l’affaire Harry Quebert et Le Livre des Baltimore et un agacement certain, pour ne pas dire une déception inattendue à la lecture de La Disparition de Stephanie Mailer.

J’ai donc débuté L’Énigme de la chambre 622 avec une forme de réserve, une crainte. Tristement, cette dernière s’est avérée fondée, et j’ai terminé ma lecture de ce roman avec le soulagement d’avoir tenu bon jusqu’au bout. On ne va pas refaire le débat du « peut-on dire que Joël Dicker est écrivain » car c’est une discussion stérile et germanopratine qui ne mériterait pas d’avoir lieu en dehors des rédactions des magazines parisiens qui se font une haute idée de leurs goûts littéraires. Je ne vous dirais pas non plus que c’est un mauvais livre, parce que mon avis n’est pas universel, mon ressenti n’a pas vocation à se faire force de conviction. Je n’ai pas aimé, mais je sais que d’autres ont adoré et ça n’empêchera pas le monde de tourner.

Dicker nous emmène en escapade au Palace de Verbier, situé en bord d’un lac des Alpes suisses (si vous rêvez de randonnées dans les montagnes ou de descriptions verdoyantes, oubliez), et dans une grande banque de Genève. Alors qu’il séjourne au Palace après une pseudo rupture amoureuse, il s’interroge sur l’absence de chambre 622 à son étage, les numérotations passant de 621 à 621 bis avant de poursuivre sur 623. Puisqu’il explique puiser son inspiration dans de petits détails qui charrient de grandes questions, il se met à nous en faire un roman.

L’histoire s’étale à plusieurs périodes de l’histoire, et l’on passe régulièrement de l’une à l’autre de manière impromptue. Dicker, c’est un style facile à lire, agréable, une plume pas vraiment littéraire mais qu’on lit vite sans reformuler trois fois une phrase pour en saisir la compréhension ou y chercher une quelconque subtilité. Mais Dicker, c’est aussi comme dans le précédent roman, l’utilisation à outrance du même mécanisme que j’ai souvent expliqué par « un pas en avant, un pas en arrière » . Un personnage doit faire quelque chose, ou obtenir quelque chose. Il s’apprête à le faire, mais soudain se ravise ou change d’avis, ou alors ce qu’il devait obtenir lui échappe soudainement. Le chapitre suivant, tout repart dans l’autre sens, on se permet d’y croire. Et au chapitre suivant, c’est de nouveau compromis.

Après d’interminables atermoiements qui m’ont régulièrement arraché un « mais bon sang c’est pas possible, pas encore ! » , l’histoire passe de agaçante à ubuesque comme c’était déjà le cas dans le précédent titre avec une pirouette qui a transformé ma lecture en un mauvais Vaudeville, chaque personnage devenant ridicule à la caricature. Arrivé à la fin du récit page 569, j’ai soupiré en songeant que l’on ne m’y reprendrait pas.

L’Énigme de la chambre 622 de Joël Dicker est publié le 27 mai 2020 aux éditions De Fallois.