Ma note :

J’ai été très tenté par ce livre de la rentrée littéraire parce que j’avais lu énormément d’avis positifs sur La Huitième Vie (disponible en Folio), le précédent roman de Nino Haratischwili, jeune autrice géorgienne qui vit désormais en Allemagne. Il m’a fallu un certain moment pour me sortir de cette lecture dans laquelle j’ai eu l’impression d’être englué, alors que l’histoire était pourtant très intéressante.

Ce roman, c’est le point de rencontre entre trois personnages aux destins liés malgré eux. Il y a d’abord Sesili, qu’on appelle Le Chat, qui est une jeune actrice géorgienne exilée à Berlin qui se fait aborder par un homme lui proposant un rôle atypique pour un richissime homme d’affaire. Il s’agit d’Alexander Orlov, un oligarque russe qu’on appelle Le Général, qui porte le deuil de sa fille Ada qui s’est suicidée après les sombres révélations sur le passé de son père portée par l’enquête d’un journaliste allemand. C’est le troisième personnage de l’histoire, Onno Brender, tombé malgré lui fou amoureux de la jeune Ada au décours de son enquête et ayant sans le vouloir causé sa perte, qui porte un deuil plein de culpabilité.

Ces trois personnages vont collaborer pour que la justice se fasse enfin sur un drame du passé resté impuni malgré la détermination de quelques-uns à l’époque. Il s’agit du viol et du meurtre de la jeune Nura, jeune géorgienne qui eu le malheur s’approcher un peu trop près de ces soldats russes qui occupaient alors la Géorgie, dont faisait partie Orlov. Pour établir les responsabilités de l’effroyable drame de cette nuit là, le Général enverra la Corneille porter aux protagonistes une vidéo du Chat, sosie quasi parfaite de la jeune fille assassinée, afin de les convier à une réunion.

Bien évidemment, ce roman fleuve de près de 600 pages est très beau, l’histoire est riche, douloureuse, et illustre la difficulté de savoir qui sont les salauds et qui sont les héros dans un monde où les rôles sont rarement polarisés. Si l’histoire est très riche, j’ai peiné à avancer dans ma lecture, d’une part à cause de la construction du récit faite d’allers et retours dans le temps qui m’ont un peu perdu, et d’autre part parce que cette lecture qui demande un peu de concentration et de disponibilité est arrivée à un moment où je n’en avais pas. Si vous aimez l’autrice, il pourra sûrement vous plaire !

Le Chat, le Général et la Corneille de Nino Haratischwili a paru en Allemagne en mars 2020 sous le titre Die Katze und der General. Il paraît en France chez Belfond le 19 août 2021 dans une traduction de Rose Labourie. Service de presse obtenu via NetGalley.