Ma note :

Cette année je n’ai pas dévoré beaucoup de polars, et c’est un peu la faute à la rentrée littéraire qui ne met pas en avant le roman policier, malheureusement pas franchement pourvoyeur d’un Goncourt, d’un Femina ou d’un Renaudot. Il faut donc ruser pour dénicher les bons polars, miser sur le bouche à oreille, sur les recommandations des copains, les réseaux sociaux, les blogs spécialisés, les libraires amateurs de roman noir. C’est ainsi que Larmes de fond s’est retrouvé dans ma liste d’achats, et parce qu’en plus le livre est édité avec soin, je n’ai pas su résister lorsque je l’ai eu entre les mains dans ma librairie.

Il s’agit de mon premier roman de Pierre Pouchairet, et croyez-moi : je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Pour résumer l’histoire, un ancien haut-fonctionnaire est kidnappé dans la plus grande discrétion, et c’est grâce à des écoutes mises en places dans le cadre d’une affaire le concernant que Léanne, commandante de police fraîchement nommée à Brest, découvrira que Jean de Frécourt s’est fait enlever. Qui peut bien faire chanter la famille de ce vieux facho, et pourquoi le kidnapper ?

En parallèle, Johana la petite sœur de Léanne est nommée commandante à la police judiciaire de Nice, où elle prend la suite de la frangine un an après soigné les brûlures graves qu’elle aura subies dans une précédente affaire. À peine arrivée, les cadavres s’empilent sur la Côte d’Azur, à commencer par un ancien flic proche du pouvoir, mi-barbouze mi-crapule, retrouvé gonflé par la chaleur et criblé de balles, son appartement plein de poudre blanche. Après lui, ce sera au tour d’un ancien copain de l’Intérieur, désormais à la tête d’une boîte de sécurité privée, de se retrouver exécuté après avoir été manifestement torturé. Tout ce beau monde est lié de près où de loin à un réseau d’extrême droite dirigé par un certain Jean de Frécourt.

Les deux frangines vont devoir collaborer pour faire avancer leurs enquêtes qui s’imbriquent parfaitement. Trafic de drogue, vente d’armes en provenance de Russie, grand banditisme, politique, petite délinquance, extrême droite, terrorisme, renseignements : tout va se mêler dans un roman absolument génial, une enquête palpitante et richement construire qui verra les cadavres s’amonceler de page en page jusqu’au dénouement libérateur. Une superbe découverte, je l’ai dévoré en une journée et j’en veux encore.

Larmes de fond, de Pierre Pouchairet, est publié aux éditions Filature(s) le 18 septembre 2020.