Ma note :

Difficile dans la rentrée littéraire d’être passé à côté de ce premier roman, d’avoir échappé à une chronique dans les médias, à un de ces nombreux encensement. Difficile donc, ensuite, de ne pas être tenté, de ne pas le chercher dans sa librairie alors qu’il est posé là, dés l’entrée, bien en évidence, et qu’après tout pourquoi résister, si tout le monde en dit du bien, si c’est le roman chouchou des médias, si c’est le personnage un peu moins lisse que les autres qu’on a choisi de mettre en avant cette année, il faut parfois se laisser entraîner par la meute, hurler avec les loups, et voilà comment un après-midi de repos j’ai commencé ce petit roman de presque 200 pages alors que je m’étais tenu à l’écart jusque là, presque comme réflexe, pour le goût de ne pas toujours faire comme les autres.

On le termine vite, ce récit, et c’est une lecture agréable il ne faut pas dire le contraire. C’est, dans les grandes lignes, le roman de la transition. Celui d’une adolescente renégate et douée qui traversera sa crisse pour devenir une jeune adulte un peu vive, un peu cinglante, qui a besoin de s’imposer, de mordre la première. Celui aussi d’une jeune musulmane partagée entre sa famille, sa religion et son identité sexuelle : comment concilier ces antagonismes, être la fille de ses parents et risquer de les décevoir, être une musulmane pratiquante mais transgresser les interdits religieux, éprouver le bonheur avec une femme quand on se retient, qu’on s’empêche, murée par la crainte de s’assumer, par la peur d’être soi-même.

J’ai beaucoup aimé la plume, c’est vrai que, comme le disent la plupart des critiques, ça claque, c’est cinglant, il n’y a pas beaucoup de rondeurs ni de bons sentiments dans la bouche de Fatima Daas, juste beaucoup de questions et peu de réponses. Ce journal intime d’une jeune lesbienne musulmane de la génération Z qui me laisse avec une interrogation : et maintenant, que va-t-elle écrire ?

La Petite Dernière, de Fatima Daas, est publié dans la collection Notabilia des éditions Noir sur Blanc le 20 août 2020.