Ma note :

Couverture« La crise » des marchés financiers a jeté les places boursières et leurs mécanismes sous le regard plein d’incompréhension du grand public, qui prenait conscience que la stabilité économique du monde était garantie par une flopée d’hyperactifs coronariens qui jouaient avec des sommes faramineuses comme d’autres jouent innocemment avec des billets de Monopoly.

Dans Krach Party, le journaliste financier Philippe Nicholson plonge le lecteur dans la folle journée d’un krach, se focalisant tour à tour sur plusieurs protagonistes ayant des intérêts souvent conflictuels entre eux, n’hésitant pas à mentir, manipuler, menacer ou passer à l’attaque pour parvenir à leurs fins.

En haut de la pyramide se trouve Hugues Frassier, qui gère avec son équipe des fonds à risque, pratiquant la haute voltige financière sous bêta-bloquants, se complaisant dans le luxe et la démesure. Autour de lui, on retrouve sa femme, sa maîtresse qui dirige une des plus importantes boîtes de communication de la capitale, dont un stagiaire va commettre une fuite dans les médias d’ampleur catastrophique pour les marchés. Frassier n’a pas beaucoup d’amis, et même les consultants qu’il emploie pour tout savoir, tout prévoir et tout manipuler le lâchent au profit d’un geek à la tête d’un empire pornographique ayant décidé de lui faire la peau. C’est sans compter sur un vieux journaliste briscard mais trop amoureux de la bouteille, qui compte bien monnayer le silence sur ce qu’il a découvert contre un paquet de billets. Le tout sur fond de krach sur les bourses mondiales…

Krach Party est un roman surprenant, et on imagine difficilement que les milieux de la bourse puissent se révéler aussi passionnants. Entre coups bas, sexe, cocaïne et analyses financières, Philippe Nicholson a su dresser un portrait juste et affuté d’une communauté aux codes souvent inabordables. Un très bon premier roman !

Krach Party, de Philippe Nicholson, publié aux éditions Carnets Nord en octobre 2009.