Ma note :

Lee Child - Jack Reacher retour interditIl en aura parcouru du chemin depuis 1997, notre combattant affecté à la police militaire ! Le héros de Lee Child fêtera cette année ses vingt ans d’existence sur le papier, vingt et un livres à son actif, et s’il approche théoriquement de la cinquantaine, Jack Reacher n’a pas pris une ride. Never go back, titré en France dans les deux langues (c’est étrange, mais c’est comme ça), est donc sorti trois semaines avant la sortie au cinéma du film éponyme. Ce dix-huitième roman de la saga Jack Reacher est donc la seconde adaptation du personnage sur grand écran. Vous suivez toujours ?

Comme je suis à la bourre dans mes lectures, j’ai dévoré ce bouquin pour le nouvel an, bien après être allé voir le film au cinéma. Je me suis un peu fait violence, pas que le livre ne m’intéresse pas, au contraire même, mais je suis toujours rebuté à l’idée de cumuler lecture de l’oeuvre d’origine et adaptation au cinéma, l’un polluant forcément l’autre, bien au delà de la simple intrigue.

J’ai donc lu ce roman en connaissant déjà l’histoire, mais pour autant et sans grande surprise, je l’ai préféré au film. Reacher est donc sur les routes des États-Unis, toujours à l’affût de son ombre, bien décidé à rencontrer le major Turner, nouveau commandant de son ancienne unité, et à l’inviter au restaurant. Et oui, Reacher devient romantique en vieillissant.

Seulement voilà, alors qu’il approche de son ancienne base, Reacher se fait menacer par quelques gros bras assurément militaires, qui l’invitent à ne pas remettre les pieds dans le coin. Et quand il va quand même à la rencontre de Turner, on lui apprend qu’elle a été placée aux arrêts pour trahison, et que lui-même est sous le coup de deux enquêtes : une pour homicide, datant de seize ans, et une pour une reconnaissance de paternité…

Reacher et Turner se retrouvent donc isolés dans l’appareil judiciaire de l’armée, et lorsqu’ils deviennent fugitifs, recherchés par la police militaire, la police de Washington, le FBI et les gros bras, ils n’ont pas d’autre choix que de mener eux-même l’enquête afin de s’innocenter, et de comprendre qui tire les ficelles, et pourquoi.

Ce roman est exactement comme je les aime, plein d’action, pas dénué d’humour, avec un personnage fort et une histoire à rebondissement. C’est sans surprise une lecture agréable, qui diffère sur de nombreux points de son adaptation au cinéma.

Jack Reacher Never go back (retour interdit), de Lee Child, est paru aux États-Unis en septembre 2013 sous le titre « Never go back » . Il est publié en France le 21 septembre 2016 aux éditions Calmann-Lévy dans une traduction d’Elsa Maggion.