À propos des livres

Hyde, Daniel Levine

Ma note :

Daniel Levine - HydeCent trente et une années se sont écoulées depuis la première publication, en janvier 1886, du court roman de Robert Louis Stevenson, « Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde » . Ces années donnèrent naissance à une kyrielle d’adaptations aussi diverses que variées, auxquelles vient désormais s’ajouter la réécriture de Daniel Levine, narrée du point de vue de Jekyll, et non pas de son ami notaire Utterson, comme dans l’ouvrage initial.

Difficile de résumer une histoire bien connue, celle d’un médecin – le Dr Jekyll – qui s’injecte des drogues afin de changer de personnalité – Mr Edward Hyde – de manière si radicale que même son apparence n’a plus rien à voir, et que ni ses amis ni son personnel de maison ne le reconnaît.

Le médecin est un philanthrope respecté, tandis que son double est un homme moins vertueux, à l’aspect plus brute, aux manières étranges et aux moeurs intriguantes. Pour ne pas mettre en péril sa réputation, Jekyll offre à Hyde une identité propre, avec un compte en banque richement doté, une immense demeure dans Soho avec sa femme à tout faire.

Rapidement, Hyde est mêlé à une histoire sordide de vente de jeunes filles mineures, qui seraient ensuite abusées par de riches et puissants londoniens afin d’assouvir leurs bas instincts. Alors que Jekyll tente de recoller les morceaux des agissements de sa double personnalité, ce dernier met en péril sa vie d’homme respecté lorsque le nom de Hyde paraît dans la presse à propos du scandale des jeunes filles. Pris au piège, arrivant à la fin de son stock de drogue lui permettant de faire vivre Mr Hyde, Jekyll se réfugie dans ses appartements afin de raconter au lecteur le triste déclin de sa folie.

Le roman est original dans sa construction, en permettant de redécouvrir l’histoire sous un autre angle, de se replonger dans les ruelles sombres et malfamées de la capitale britannique. Pour autant, si j’ai démarré la lecture avec une certaine avidité, j’ai rapidement été ennuyé par un récit un peu lourd, souvent digressif. L’auteur avait certes un cadre limité pour exercer son talent, celui de la chronologie originale, et celui de la folie d’un homme drogué, mais je n’ai pourtant pas été plus emballé que ça.

Hyde, de Daniel Levine, est publié aux États-Unis en mars 2014 sous le même titre. Il est publié en France le 5 octobre 2016 aux éditions Fayard, dans une traduction de Anne Rabinovitch.

Précédent

Je sais pas, Barbara Abel

Suivant

En pleine turbulence, Jon Ottar Olafsson

  1. Le côté original me tente bien 🙂

    • Brice

      S’il n’y avait pas eu toutes ces longueurs je crois que j’aurai passé un meilleur moment de lecture. Mais j’espère qu’il te plaira !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

error

Retrouvez également mes coups de cœur sur