Ma note :

Même en littérature, il y a des urgences, ou plutôt devrais-je parler d’impatiences, d’envies pressantes. C’est ce que j’ai vécu après un premier chapitre de ce roman surprenant, quand j’ai dû interrompre ma lecture et que j’en aurais eu le cœur brisé, un peu comme si vous arrachiez des mains d’un enfant son cadeau préféré qu’il vient tout juste de déballer le jour de Noël. Il y a soudain eu urgence à me replonger dans cette lecture, à la poursuivre de manière frénétique, à me draper dans les phrases parfaites de Marie-Hélène Lafon, à retourner dans le Lot et le Cantal pour retrouver l’histoire passionnante de cette famille à travers les siècles.

Un roman surprenant, disais-je, parce que je n’avais aucune intention d’acheter ce livre. J’en avais pourtant lu la quatrième de couverture, sans que cela n’éveille ma curiosité, mais je dois vous confier que l’autrice m’est totalement inconnue et que je l’avais bêtement cataloguée comme une Danielle Steel ou une Janine Boissard qu’on range volontiers dans les étagères de la bibliothèque d’un EHPAD. Une fois de plus, je dois remercier Marie-Odile ma libraire qui me l’a mis entre les mains en me disant « celui là ! » car je suis désormais à la lettre ses prédications littéraires, n’ayant jamais été déçu.

Mais revenons-en à cette Histoire du fils, qui pourrait être en réalité l’Histoire des fils tant ce roman est lié à la filiation. Nous passons donc plus d’un siècle en immersion dans une famille, de la naissance des jumeaux Paul et Armand en 1903 jusqu’à ce jour de 2008 où Antoine, petit-neveu des deux frères, se penchera sur les tombes de la famille dans le Cantal, comme pour venir clôturer un siècle de drames ordinaires d’une famille française à travers les guerres. On remonte souvent le temps pendant cette lecture, dix ans en avant, vingt ans en arrière, et avec c’est avec un talent délicieux que l’autrice tisse la toile dans laquelle le lecteur se fera piéger, celle de l’histoire passionnante de la famille Lachalme sur près de cinq générations.

Il va m’être difficile de vous en dire plus car synthétiser ce roman qu’on dévore en quelques heures autrement qu’en dessinant un arbre généalogique tiendrait de l’exploit. Marie-Hélène Lafon, qu’on ne rangera définitivement pas dans les étagères d’une bibliothèque d’EHPAD, nous offre un roman magnifique, une fresque délicieuse à travers l’histoire, le tout livré par une plume incroyable que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt. De mon côté, je vais partir à la découverte de ses précédents romans, du votre, je vous invite vivement à vous plonger dans ce très beau livre si ça n’est pas encore fait.

Histoire du fils, de Marie-Hélène Lafon, est publié aux éditions Buchet-Chastel depuis le 20 août 2020.