Ma note :

Je voulais terminer ma folle année de lecture sur une touche de romantisme, avec un livre facile mais optimiste, et j’ai immédiatement pensé à cette romance gay éditée dans une collection jeunesse que j’avais depuis quelques semaines dans ma liseuse. Évidemment, j’étais naïf de penser qu’il s’agirait là de ma dernière lecture de l’année, et lorsque j’ai vu minuit passer tout en étant incapable de m’arrêter de lire, j’ai compris que ce roman allait être fini bien plus rapidement que prévu, et je l’ai effectivement englouti tel un boulimique de lecture en une petite journée.

L’histoire de Rafe et Ben est un peu celle de toutes les romances adolescentes entre garçons qui ont été publiée jusque là : une attirance indomptable entre un jeune homo et un bel hétéro qui va passer du statut de meilleur ami au coup de foudre. Là où c’est original, c’est que Rafe était un lycéen à l’aise avec sa sexualité lorsqu’il vivait avec ses parents très libéraux dans le Colorado, mais qu’il décide pour son arrivée à l’université en Nouvelle-Angleterre de vivre sans étiquette, sans parler de son homosexualité, pour vivre une vie ordinaire, jouer au foot avec les sportifs du pensionnat sans qu’on le regarde de travers dans les vestiaires, etc.

Pour une raison qui échappe à tout le monde, de ses parents à sa meilleure amie restée au Colorado, il s’enfoncera dans le mensonge d’une vie hétérosexuelle, alors même qu’il n’existe aucune hostilité sur son campus de garçons, et que son propre colocataire, bien que totalement barré, soit ouvertement gay. Au fil des semaines, Rafe se rapproche de Ben, sorte de bellâtre à la carrure d’une armoire à glace, garçon sympa et très ouvert qui n’est bien sûr pas du tout gay, et dont notre jeune narrateur tombera éperdument amoureux. Le rapprochement entre les deux garçons semble inexorable, mais jusqu’à quand tiendra le mensonge de Rafe ?

Objectif atteint pour cette lecture pleine de charme et de bons sentiments. J’ai certes été désarçonné par les choix successifs de Rafe de s’enfoncer dans le mensonge sur qui il était vraiment, mais ça n’a absolument rien enlevé à la mignonitude de l’histoire entre les deux garçons. Ce premier tome pose les bases de l’histoire entre Ben et Rafe, racontée par Rafe, et la fin donne très envie de se précipiter sur le deuxième tome qui vient tout juste de sortir chez le même éditeur et qui s’appelle Être honnête avec soi-même, pour connaître la suite. À lire si vous êtes amateur du genre.

De retour dans le placard, de Bill Konigsberg, est publié aux États-Unis en mai 2013 sous le titre « Openly Straight » . Il paraît en France aux éditions Bookmark le 14 septembre 2020 dans une traduction de Sophie Bussenius et Terry Millien.