Ma note :

Je ne vous parle pas souvent de bandes dessinées sur ce blog mais pourtant j’ai plaisir à en lire de temps en temps. J’envie les amoureux de ce « neuvième art », leur connaissance parfois encyclopédique de cet univers dans lequel j’ai toujours l’impression de ne pas être légitime. J’ai grandi dans les BD, comme beaucoup d’enfants, dévorant les magazines de type Picsou (que d’aventures !) puis ensuite les intégrales d’Astérix et Obélix, de Spirou et Fantasio, des albums de Tintin. J’ai tenté de lire ce que mes grands frères lisaient, comme les XIII ou les Corto Maltese, sans jamais accrocher à l’univers ou au dessin. Pendant des années, j’ai donc évité d’acheter de la BD, pensant que c’était un genre inaccessible, ou qui ne me plairait pas.

Il m’arrive désormais de me laisser tenter par quelques albums, des intégrales généralement, quand l’histoire et le dessin m’attirent. C’est le cas de ce roman graphique écrit par Fabien Nury et dessiné par Brüno, qui nous raconte la mort de Chris Kyle, ce sniper des Navy Seals américain qui s’est tristement distingué en Irak par le record de tués confirmés de l’histoire de l’armée américaine, avec 160 personnes abattues devant témoin, et probablement 255 au total. Chris Kyle est vétéran de l’armée quand il publie en 2012 son best-seller « American Sniper » , une histoire de héros à l’américaine : celle d’un militaire blanc hétérosexuel du Texas qui tue les bad guys pour établir la justice de son pays partout dans le monde. Vous connaissez peut-être l’histoire, son récit ayant été adapté au cinéma par Clint Eastwood avec Bradley Cooper dans le rôle de Chris Kyle.

Au Texas, où il est adulé par une large partie de la population, il cherche à venir en aide aux vétérans souffrant du syndrome de stress post-traumatique… en les accueillant sur un stand de tir spécialement dédié. C’est là qu’il vivra les dernières secondes de sa vie, abattu en février 2013 par Eddie Ray Routh, un vétéran comme lui dont la santé mentale est précaire depuis qu’il a quitté l’armée. C’est sur le destin croisé de ces deux hommes, et sur la vie de la veuve de Chris Kyle que Fabien Nury et Brüno se sont penchés pour ce roman graphique. Sans jugement ni prise de position, ils racontent et illustrent ce déclin brutal du héros américain causé par un inconnu déséquilibré. J’ai beaucoup aimé me plonger dans les 162 pages de ce roman !

L’Homme qui tua Chris Kyle, de Fabien Nury et Brüno est publié le 29 mai 2020 chez Dargaud et existe également dans une version noir et blanc.