Ma note :

Olivier Bourdeaut - En attendant BojanglesInstallez-vous confortablement dans votre coin de lecture favoris, faites résonner Nina Simone dans votre appartement et plongez-vous sans retenue dans ce court roman à la pétillante mélancolie. Premier roman couronné du Grand Prix RTL / Lire, du Prix du roman France Télévision, et d’autres encore, En attendant Bojangles fut la découverte inattendue de ce début d’année 2016, la recommandation qui fut sur toutes les bouches, et c’est avec quelques mois de retard que je me suis enfin laissé emporter dans ce tourbillon de vie de 160 pages.

Un fils raconte avec enchantement son enfance haute en couleur, dans un foyer fantasque. Le père aimait s’inventer des vies aux origines exotiques pour faire fantasmer son auditoire, jusqu’à ce qu’il rencontre celle dont il tombera éperdument amoureux, et qui partagera son excentricité. « Quand la réalité est banale, inventez-moi une belle histoire, vous mentez si bien, ce serait dommage de nous en priver » , lui demande celle qui deviendra sa femme. Des écrits du père, cités par son fils pour édulcorer ses propres souvenirs d’enfant, la rencontre se résume ainsi : « le temps d’un cocktail, d’une danse, une femme folle et chapeautée d’ailes, m’avait rendu fou d’elle en m’invitant à partager sa démence » .

La famille vit alors des jours heureux, ce foyer vibre d’un amour sans restriction, d’un bonheur sans limite. Aux côtés de Mademoiselle Superfétatoire, une grue ramenée d’Afrique servant d’animal de compagnie, toutes les folies sont tolérées, les fêtes sont sans fin, les cocktails coulent à flot, et les contraintes semblent ne pas exister. « Les invités s’exclamaient que c’était vraiment la fiesta tout le temps, et papa répondait que la vie c’était bon comme ça » .

Avec le temps, les excès et les énervement l’emportent sur l’amusement, « nous nous étions dit que son originalité continuait à monter les escaliers, qu’elle avait atteint un nouveau palier » . Après la folie de trop, la mise en danger, c’est l’internement, la confrontation à la réalité : celle de la maladie mentale. « De toute façon, j’ai toujours été un peu folle alors un peu plus, un peu moins, ça ne va pas changer l’amour que vous avez pour moi » , tempère celle qui règne rapidement sur le service de psychiatrie dans lequel elle vit, et où son fils et son mari viennent la voir chaque jour.

Lors d’une ultime escapade, comme un pied de nez aux contraintes de la vie, alors que la famille se réfugie dans son château en Espagne « après des années de fêtes, de voyages, d’excentricités et d’extravagante gaieté » , la chute se prépare, aussi vertigineuse qu’inéluctable, me laissant alors dans cette douce mélancolie des lendemains de fête, la tête pleine de souvenirs artificiels des folles soirées passées à écouter Nina Simone chanter. Le spleen des bons romans.

En attendant Bojangles, d’Olivier Bourdeaut, est publié en janvier 2016 aux éditions Finitude.