Ma note :

Joachim Zelter - Monsieur l'écrivainJe me fais toujours un peu avoir par les couvertures, surtout lorsqu’elles mettent en avant des bouquins, et à plus forte raison encore lorsqu’elles montrent des bibliothèques entières. Seulement voilà, n’écrit pas Confiteor qui veut, et dernièrement j’ai été déçu par ces romans aux couvertures accrocheuses, ce bookporn qui fait rêver les blogueuses littéraires.

L’expérience ne fut guère plus positive avec Monsieur l’écrivain, de l’allemand Joachim Zelter, une nouvelle qui sort en 128 pages chez Grasset trois ans après sa publication outre-Rhin. L’auteur y dénonce de manière satirique les travers du monde de l’édition avec le personnage de Selim Hacopian, qui envoie une missive aussi brève qu’irritante à un écrivain de renom : « Selim Hacopian a écrit un livre ».

L’homme en question n’y joint pas un extrait de son manuscrit, non, il fournit un curriculum vitae aussi farfelu que sa missive, et face à l’absence d’emballement de la part de ce célèbre écrivain, se décide à l’interpeller directement dans la rue. Bon gré mal gré, les deux hommes prennent pour habitude de se retrouver dans un café pour travailler ensemble les écrits calamiteux de cet homme ne maîtrisant même pas la langue, et dont la prose semble ne pouvoir jamais être publiée. Seulement voilà, alors que l’éditeur de l’écrivain commence à moins s’intéresser à celui ci, le style de Selim Hacopian séduit une grande maison d’édition…

Cette mini-satire n’est pas catastrophique, mais je l’ai lue sans passion et avec assez peu d’intérêt. Le style est un peu lourd, l’histoire pas franchement transcendante, et ça ne devrait pas ébranler le monde de l’édition. Heureusement que c’était vite lu !

Monsieur l’écrivain, de Joachim Zelter, est une nouvelle publiée en août 2013 en Allemagne sous le titre « Einen Blick werfen » . Elle est publiée en France le 4 mai 2016 aux éditions Grasset.

Partagez...
0