L'Homme Qui Lit

À propos des livres

La neige noire, Paul Lynch

Ma note :

Paul Lynch - La neige noireJe n’avais jamais rien lu de Paul Lynch, bien qu’il ai déjà publié chez Albin Michel en 2014 son premier roman « Un ciel rouge, le matin » (Red sky in morning), que j’avais acheté en édition numérique auprès de son éditeur anglophone (un avantage de lire en anglais, les livres y sont souvent moins chers), mais pas encore lu.

Je débutais donc La neige noire sans aucun a priori, plutôt impatient de me retrouver à déambuler dans le Donegal et de me perdre dans ces grandes plaines d’Irlande, pays que j’ai à coeur de visiter un jour, que j’imagine aussi beau, humide et verdoyant que sur la photographie du bandeau accompagnant le livre.

La famille Kane vit de l’élevage de quelques animaux dans une vieille ferme isolée, au milieu d’un grand terrain escarpé. Avant de revenir vivre avec son épouse et leur fils sur la terre de ses ancêtres, Barnabas Kane faisait partie de ces milliers d’immigrés irlandais partis tenter l’aventure américaine, construisant toujours plus haut ces immeubles new-yorkais qui chatouillent les nuages.

Son employé et vieil ami meurt alors qu’un mystérieux incendie détruit la grange attenante à la ferme, anéantissant par la même occasion tout son élevage, tandis que Barnabas échappe de peu au même sort, tiré des fumées par un voisin venu apporter son aide.

Après ce drame, qui bouleversa sa famille et le village, rien ne sera plus jamais pareil dans la vie de la famille Kane. De malheur en déception, affrontant l’hostilité toujours plus grande de ces habitants historiques les considérants comme des étrangers, Barnabas devra faire face à des choix décisifs pour tenter d’en sortir la tête haute.

La neige noire est un roman sans concession, au rythme langoureux et à l’écriture d’une rare poésie. J’ai été subjugué par le style, la beauté des phrases, cette façon de décrire les paysages, les émotions. L’histoire est aussi belle que sombre, et c’est le coeur serré que l’on en referme les dernières pages. A n’en pas douter, Paul Lynch est un auteur qui a trouvé son style, et je ne manquerai pas de rattraper mon retard en lisant son précédent roman, tout en surveillant ses prochaines parutions.

La neige noire, de Paul Lynch, est paru au Royaume-Uni en mars 2014 sous le titre « The Black Snow », et publié le 19 août 2015 chez Albin Michel dans une traduction de Marina Boraso.

Partagez...
0

Précédent

La Zone d’intérêt, Martin Amis

Suivant

Le Livre des Baltimore, Joël Dicker

  1. Belle chronique ! Je viens de le recevoir et je vais le lire très bientôt. J’ai déjà lu son premier et son style m’avait laissée pantoise ; cette poésie flamboyante…

    • Brice

      Merci, et très bonne lecture à vous alors 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén