À propos des livres

Catégorie : Premier roman Page 1 of 5

Le Dit du Mistral, Olivier Mak-Bouchard

Ma note :

Quel fléau cette rentrée littéraire ! L’épidémie de coronavirus ne suffisait pas, il fallait qu’en plus on subisse une épidémie de bons livres, c’est vraiment affligeant. Je suis pour le retour des livres médiocres, des lectures ennuyeuses, des romans qu’on abandonne sur le coin de la table de chevet et qu’on regarde en se disant hum ce soir je vais plutôt me faire une série. Parce que là, avec ces histoires de nous sortir des bons bouquins, ils nous rendent complètement accros ces éditeurs : on y perd nos soirées, on néglige nos heures de sommeil, un dimanche à 14h on relève la tête de sa lecture en se demandant si c’est vraiment nécessaire de déjeuner, etc. Rien ne va plus, cette rentrée m’a totalement déréglé.

Alors oui c’est vrai, vous allez me dire mais quand même il est joli ce bouquin, la couverture elle est sympa (doit-on remercier Phileas Dog ?), peut-être même tenterez-vous de vous justifier en disant mais tout le monde dit qu’il est génial, j’allais pas le rater !, vous blâmerez la belle-mère, vous accuserez votre libraire, vous ferez croire qu’on vous l’a prêté, que vous n’y êtes pour rien dans cette histoire, j’en vois même essayer de me dire que tout ça c’est parce qu’il a reçu le Prix Première Plume 2020 : fadeza*

D’abord, personne n’aime les belles histoires. Le Lubéron, la Provence, le sud, les cigales à n’en plus finir, ce mistral qui souffle à vous clouer au sol, les incendies qui ravagent les coteaux et les flancs de la montagne l’été, les vestiges de la conquête romaine et les légendes gauloises avec ses divinités espiègles, on n’a plus lu ça depuis des décennies. Et c’est bien les hommes qu’on pourra blâmer d’avoir déterré ces vieilleries, ces deux voisins qui n’ont jamais beaucoup échangé et qui se retrouvent soudainement à jouer les archéologues clandestins pour mettre à nu une improbable source ferrugineuse qui les entraînera dans des aventures rocambolesques.

Bien sûr, c’est bien écrit, c’est un roman magique qu’on peine à lâcher, qui nous entraîne pendant des heures dans cette région où le soleil cogne plus fort qu’ailleurs, où les légendes et les rêves se mélangent subtilement pour tenter de nous perdre, mais ne parviennent qu’à nous évader savoureusement de nos dimanches pluvieux. Évidemment, qu’on va le recommander partout, le prêter aux copains, dire à notre libraire dis-donc le premier roman de Mak-Bouchard là, c’est quelque chose hein, quel voyage ! Mais bon sang, laissez-nous nous ennuyer un peu à la fin. On en a marre, d’adorer vos histoires !

*fadaises

Le Dit du Mistral, d’Olivier Mak-Bouchard, a paru le 20 août 2020 aux éditions Le Tripode.

Bénie soit Sixtine, Maylis Adhémar

Ma note :

Cela fait un moment que j’ai envie de me plonger dans ce roman dont la thématique m’est particulièrement chère, et j’ai adoré me laisser embrigader dans cette histoire : un premier roman réussi, et de loin, pour Maylis Adhémar, journaliste indépendante en Haute-Garonne. Il faut dire que, si je suis un pédé de gauche, infirmier se rêvant libraire, j’ai grandi dans une famille aux valeurs traditionnelles, reçu une éducation catholique et passé quelques années à proximité de ce milieu catho-intégriste vers lequel mes copains scouts se dirigeaient par déterminisme social.

C’est ce qui attend Sixtine Duchamp, jeune fille de bonne famille, bien sous tout rapport, lorsqu’elle épousera Pierre-Louis Sue de la Garde après une cour des plus prudes, à peine agrémentée d’un baiser. Elle basculera alors dans le cercle de l’intégrisme religieux, Pierre-Louis faisant partie des Frères de la Croix, pseudo-confrérie et vraie secte fondée par un prêtre qui renie le Saint-Siège depuis l’ouverture au monde prônée par Vatican II. Pour son jeune mari entrepreneur et ses camarades, la France est à reconquérir face à tous les dégénérés qui tentent de la détruire : immigration, homosexualité, apostasie, artistes, gauchisme, il y a de la haine à revendre dans ces mouvements, la haine de tout ce qui ne porte pas de particule ni de chaussures bateau.

Sixtine se retrouve rapidement enfermée dans le rôle de la femme potiche, utérus dévot destiné à accueillir sans plainte ni plaisir les assauts hebdomadaires de son jeune mari afin de repeupler la France de ces petits soldats d’extrême-droite. Finies les études, les loisirs, la vie sociale : sa vie entière doit être consacrée à la tenue de la maison, à son époux, à l’enfantement et à la prière. Sa belle-famille, sa mère et la secte des Frères de la Croix l’enferment alors dans une emprise terrible, la laissant comme exsangue même lorsqu’elle devra faire face aux drames. Une seule solution, la fuite, au risque de découvrir que la vie est belle avec plus de liberté.

Voilà une excellente lecture, certes difficile et que l’on pourrait parfois penser exagérée, mais il est nécessaire de rappeler que l’extrémisme religieux et l’extrême droite sont un fléau comme les autres qui, même s’il est constitué de fins de race, existe encore et fait des ravages dans la société et la vie de beaucoup de personnes fragiles. Un livre incroyablement documenté, au point qu’on se demande si l’autrice n’a pas elle aussi côtoyé ce milieu des MST (mocassins serre-tête) à un moment de sa vie. C’est étouffant comme on si on y était, intelligent dans son analyse, très juste dans le ton et porteur d’un beau message d’espoir : laissons les gens penser par eux-mêmes et faire le choix des valeurs qui leur conviennent.

Bénie soit Sixtine, de Maylis Adhémar, a paru le 20 août 2020 aux éditions Julliard.

La Petite Dernière, Fatima Daas

Ma note :

Difficile dans la rentrée littéraire d’être passé à côté de ce premier roman, d’avoir échappé à une chronique dans les médias, à un de ces nombreux encensement. Difficile donc, ensuite, de ne pas être tenté, de ne pas le chercher dans sa librairie alors qu’il est posé là, dés l’entrée, bien en évidence, et qu’après tout pourquoi résister, si tout le monde en dit du bien, si c’est le roman chouchou des médias, si c’est le personnage un peu moins lisse que les autres qu’on a choisi de mettre en avant cette année, il faut parfois se laisser entraîner par la meute, hurler avec les loups, et voilà comment un après-midi de repos j’ai commencé ce petit roman de presque 200 pages alors que je m’étais tenu à l’écart jusque là, presque comme réflexe, pour le goût de ne pas toujours faire comme les autres.

On le termine vite, ce récit, et c’est une lecture agréable il ne faut pas dire le contraire. C’est, dans les grandes lignes, le roman de la transition. Celui d’une adolescente renégate et douée qui traversera sa crisse pour devenir une jeune adulte un peu vive, un peu cinglante, qui a besoin de s’imposer, de mordre la première. Celui aussi d’une jeune musulmane partagée entre sa famille, sa religion et son identité sexuelle : comment concilier ces antagonismes, être la fille de ses parents et risquer de les décevoir, être une musulmane pratiquante mais transgresser les interdits religieux, éprouver le bonheur avec une femme quand on se retient, qu’on s’empêche, murée par la crainte de s’assumer, par la peur d’être soi-même.

J’ai beaucoup aimé la plume, c’est vrai que, comme le disent la plupart des critiques, ça claque, c’est cinglant, il n’y a pas beaucoup de rondeurs ni de bons sentiments dans la bouche de Fatima Daas, juste beaucoup de questions et peu de réponses. Ce journal intime d’une jeune lesbienne musulmane de la génération Z qui me laisse avec une interrogation : et maintenant, que va-t-elle écrire ?

La Petite Dernière, de Fatima Daas, est publié dans la collection Notabilia des éditions Noir sur Blanc le 20 août 2020.

Dérive des âmes et des continents, Shubhangi Swarup

Ma note :

Ah, cette couverture ! Elle m’a littéralement tapé dans l’œil, bravo aux éditions Métailié pour cette très belle composition qui a donc l’effet escompté, attirer l’attention du lecteur-chasseur entrain de choisir sa proie sur les étals de sa librairie afin qu’il lise la quatrième de couverture et ne jette son dévolu sur ce roman. « Voici peut-être le premier roman où la nature s’exprime directement et où les histoires semblent surgir organiquement le long d’une ligne de faille qui fait trembler la terre et tout ce qu’elle contient de l’océan Indien à l’Himalaya » , voilà qui m’a suffit pour avoir envie de voyager dans le premier roman de la journaliste indienne Shubhangi Swarup.

La suite sera plus difficile pour moi car je vais avoir toutes les peines du monde à vous résumer ce livre qui m’a littéralement perdu en chemin. Sur la première partie, j’étais avec un jeune couple venant de s’installer dans une ancienne demeure coloniale des îles Andaman sur ce qui semble être une faille sismique. Lui était un scientifique passionné par différents phénomènes, et elle était un peu sorcière et parlait avec les fantômes qui avaient choisis de rester ou de revenir sur l’île après leur mort. Ensemble ils auront un enfant, et puis ensuite à leur tour ils disparaîtront du récit.

Jusqu’à leur mort, j’étais parfois un peu surpris par la tournure mi-ésotérique mi-poétique du roman mais j’appréciais plutôt et j’arrivais encore à raccrocher les wagons entre eux. À partir de leur mort, je suis incapable de vous parler de ma lecture, alors que j’ai pourtant terminé le récit ! J’ai été totalement perdu par la suite, je n’accrochais que sur de courts paragraphes avant de laisser à nouveau mes yeux lire mécaniquement les pages les unes après les autres sans que mon cerveau n’imprime. J’ai songé à arrêté, et puis j’étais près de la fin, alors je l’ai terminé dans un certain soulagement.

Une déception, pas parce que ça n’est pas un bon roman, mais une déception parce que j’avais tant envie d’évasion extraordinaire avec ce livre et que finalement je n’ai pas trouvé ce que je venais y chercher, ça n’a pas pris. J’espère que le charme opèrera avec vous si vous vous lancez dans cette lecture !

Dérive des âmes et des continents, de Shubhangi Swarup est publié en Inde en juillet 2018 chez Harper Collins sous le titre « Latitudes of Longing » . Il paraît en France le 12 mars 2020 aux éditions Métailié dans une traduction de Céline Schwaller.

Africville, Jeffrey Colvin

Ma note :

Voilà déjà deux semaines que j’ai terminé ma lecture d’Africville de Jeffrey Colvin, et déjà sept romans se sont succédé depuis. Pourtant, c’est sûrement un signe, je traîne pour écrire ma chronique. Je me connais, je traîne parce que je ne suis pas inspiré, parce que je suis mitigé, et que je n’ai pas cet incendie ravageur qui couve après une lecture bouleversante, celle qui pousse à écrire, à dire comme c’était fou, comme c’était mauvais, comme ça m’a réveillé des émotions au fil des pages. Africville, c’était sympa, mais ça n’a pas allumé le feu sacré, ce fut une lecture intéressante, sans passion, qui m’a laissé comme anesthésié.

C’est donc en Nouvelle-Écosse (province canadienne située totalement à l’Est dans les territoire maritimes) que l’histoire débute, en 1930, et plus précisément dans les environs d’Halifax, dans un quartier pauvre peuplé des descendants d’esclaves et de jamaïquains. Les habitants n’auront pas accès aux installations modernes ou aux services publics mais le quartier servira néanmoins de lieu d’installation pour toutes les industries que la capitale provinciale ne souhaite pas héberger. Cette communauté noire décidera de se donner un nom, une existence propre, et c’est Africville qui sera retenu, passant doucement dans l’usage quotidien.

Dans cette communauté, une jeune femme rêve d’échapper au déterminisme social auquel son quartier d’origine la condamne, et décide de suivre des études universitaires pour devenir enseignante. Kath Ella y parviendra, et se retrouvera rapidement enceinte d’un homme qui viendra à décéder dans un accident avoir la naissance d’Omar. Elle élèvera donc seule son fils, clair de peau, jusqu’à ce qu’elle rencontre un canadien blanc qui l’épousera et adoptera son fils, qu’ils rebaptiseront Étienne. La suite du roman se passera aux côtés d’Étienne, parti vivre en Alabama où il pourra oublier ses origines africaines et vivre une nouvelle vie. Jusqu’à ce que son fils Warner, dans les années 80, ne s’intéresse à l’origine de sa famille et ne se rende au Canada dans les restes d’une ville que la municipalité d’Halifax tente de faire disparaître.

C’est un roman intéressant sur l’identité, notamment l’identité raciale, la filiation, l’héritage et le renoncement. La lecture est agréable dans l’ensemble, très bien documentée, et le pitch marketing d’un auteur ayant passé 20 ans à préparer son premier roman est bien encré dans la mémoire des lecteurs. Pourtant, c’est un roman assez inégal, qui souffre de longueurs et de lourdeurs, peut-être parce qu’il est étouffé par une trop grande documentation. Difficile pour moi de ne pas le comparer à L’autre moitié de soi, l’extraordinaire roman de Brit Bennett que j’ai lu quelques semaines avant et qui abordait avec talent la même thématique du passing, attitude visant à chercher à renier ses origines africaines pour se faire passer pour blanc.

Africville, de Jeffrey Colvin, est publié aux États-Unis aux éditions Harper Collins en décembre 2019 sous le titre « Africaville » . Il paraît en France chez le même éditeur le 26 août 2020 dans une traduction de Serge Chauvin.

Ce qu’il faut de nuit, Laurent Petitmangin

Ma note :

Il y a un phénomène étonnant qui me plait beaucoup dans mes lectures, dont je ne saurai pas dire s’il tient d’un hasard qui se répète, d’un choix inconscient, d’un sens anagogique ou peut-être tout simplement d’un peu de tout ça à la fois, mais mes lectures sont liées les unes aux autres. Je vous assure ! Là vous pourriez vous dire « non mais ce type, quand même… » que je ne vous en voudrais pas, mais c’est pourtant vrai. Quand je débute un nouveau roman, plus d’une fois sur deux je découvre dans cette nouvelle lecture un élément qui la rattache à la précédente. Ça n’est en général pas grand chose, un détail de l’histoire que je n’aurais pas pu deviner ou connaître, qui n’a pas été écrit, raconté, révélé. Avec Ce qu’il faut de nuit, le premier roman de Laurent Petitmangin, les choses sont biaisées car il suffit de lire la quatrième de couverture pour penser que d’avoir choisi ce roman parmi tous ceux qui attendent leur tour, après avoir terminé Louis veut partir de David Fortems, n’est pas choix innocent.

On retourne une fois encore dans l’Est, on passe des Ardennes à la Lorraine, et c’est une fois encore une histoire de père isolé et de fils compliqué, de dialogue impossible, de déception et de douleur. Le narrateur bosse comme ouvrier à la SNCF et milite sans grande énergie dans ce qu’il reste de la section locale du Parti Socialiste. Il élève seul ses deux garçons, Fus et Gillou, un peu plus et un peu moins de vingt ans, depuis que leur mère est morte emportée par un cancer. Entre eux, une saine complicité. Avec Fus, le football et la fierté d’avoir son grand en apprentissage. Avec Gillou, le plaisir d’un fils déterminé à réussir ses études et prendre l’ascenseur social, qui s’entend parfaitement bien avec son grand frère.

Une vie tranquille, jusqu’à ce qu’il apprenne que Fus, son aîné, la chair de sa chair, fricote avec des gamins de l’autre bord, ces fachos qu’un temps il aurait aimé rosser avec les copains de la section, ces nazillons d’extrême-droite qui tractent et font les quatre cent coup pour le borgne et sa fille, et leur idéologie nauséabonde. Entre le père et le fils, c’est l’incompréhension, et très vite les mots viennent à manquer. Ils ne se comprennent pas, et ne parviennent plus à se parler, résignés à cohabiter dans la même maison sans jamais chercher à aller plus loin que des échanges factuels nécessaires à l’intendance.

Un drame viendra stopper cet engrenage intenable, et il faudra alors que ce père choisisse : peut-il rejeter son fils parce qu’il a basculé dans l’extrême droite ? Peut-il toujours aimer celui qui a commis l’irréparable ? Comment comprendre, pardonner, se relever ? Un roman sublime, très simple, sans fioritures ni excès, tout en pudeur et en délicatesse, un roman comme on aimerait en lire beaucoup plus souvent, qui interroge avec intelligence et sans jamais juger. Si vous ne l’avez pas encore lu, ne passez pas à côté, c’est une très belle découverte !

Ce qu’il faut de nuit, de Laurent Petitmangin, a paru aux éditions La Manufacture de Livres le 20 août 2020.

Louis veut partir, David Fortems

Ma note :

C’est étonnant comme parfois, une couverture réussit à parler d’un livre sans en dire beaucoup. La première fois que mon regard s’est posé sur celle de Louis veut partir, que j’ai scruté l’image de ce jeune homme se laissant porter par l’eau de ce que j’imaginais être un lac en forêt, et que j’ai relu le titre, je me suis dit « ça doit parler du suicide d’un jeune homo » . C’est en lisant la quatrième de couverture que je me suis dit que j’avais vu juste, et qu’il fallait que je sollicite ce titre à l’éditeur parmi ma sélection de la rentrée littéraire.

On apprend dans les premières pages (mais c’est aussi écrit dans le résumé de l’éditeur, ne me jetez pas la pierre) que Louis s’est suicidé. Ce gamin d’à peine dix-huit ans a été retrouvé flottant dans un cours d’eau, la main crispée sur une boîte de médicaments, et lorsque son père arrive sur les lieux après un appel de la gendarmerie, la douleur laisse place à l’incompréhension. C’est qu’il a fait ce qu’il a pu, Pascal, pour élever son gamin tout seul. Avec sa vie d’ouvrier dans un village des Ardennes, il a fallu faire avec l’absence de la mère, et trouver un équilibre avec son fils.

Louis, c’était un taiseux, un mystère qui passait sa vie à dévorer des livres, semblait toujours heureux d’un rien, ne demandait pas grand chose et évitait de se plaindre. Entre eux, une douce harmonie dans une vie sans fioritures, jusqu’au drame, qui laisse plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Alors Pascal va chercher à comprendre, et quand après les obsèques il consultera le téléphone portable de son fils qui émet tout un tas de bruits, il commencera à détricoter la vie de celui qu’il ne connaissait en réalité absolument pas.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, bien qu’elle soit relativement courte, parce que je trouvais ça original d’avoir le point de vue du père, celui qui reste, et pas simplement le récit misérabiliste du gosse qui se serait morfondu sur sa triste vie et ses espoirs fragiles d’un avenir meilleur. À plusieurs moments, j’ai même pensé, « qu’est-ce que mon père découvrirait de moi s’il venait à devoir nettoyer les dernières traces de ma vie ? » . Pourtant, si le récit est très bien écrit, sans forcer le trait, sans pathos, j’ai à certains moments trouvé que c’était un peu trop gros. Alors oui on peut certainement vivre avec un gamin discret qui ne dit rien de sa vie, mais là chapitre après chapitre, on en découvrait des vertes et des pas mures, et je me suis demandé ce qu’il pourrait nous trouver de plus gros encore au chapitre suivant. Un premier roman prometteur que je vous conseille de lire, et un auteur que j’espère retrouver prochainement en librairie.

Louis veut partir, de David Fortems, a paru le 20 août 2020 aux éditions Robert Laffont.

Le monde du vivant, Florent Marchet

Ma note :

Il y a toujours de belles découvertes dans les rentrées littéraires et des premiers romans brillants qui nous font dire « mais pourquoi a-t-il attendu si longtemps pour écrire ? » . C’est exactement que j’ai pensé après quelques chapitres de ce succulent roman, Le monde du vivant, premier roman de Florent Marchet dont je n’avais jamais entendu parler, et dont la fiche Wikipédia m’apprend qu’il est auteur-compositeur et qu’il a collaboré à de nombreux albums, titres et musiques de films. J’aime ces trajectoires atypiques, essayer de deviner le musicien derrière l’auteur, de trouver la trace de l’auteur dans les personnages au fil des pages, et de comprendre dans les interviews ou les rencontres avec les lecteurs ce qui a pu déclencher l’envie d’écrire de la littérature.

Mettez vos bottes car nous partons à la campagne et plus précisément aux Maisons Rouges, cette ferme où Jérôme a emmené sa famille un jour où il avait décidé qu’il en avait assez de cette vie d’ingénieur agronome à Orléans. Avec cette nouvelle activité, Jérôme pensait donner vie à ses idéaux écologiques, prendre soin de cette terre qu’on massacre à coup d’engrais et de culture intensive, et avec l’aide de son épouse Marion il s’est lancé dans l’aventure du bio, en diversifiant son activité : des vaches laitières, des poulets, du fromage de la ferme, des céréales…

Pourtant ça n’est jamais aussi simple qu’on l’imagine. Les idéaux se trouvent confrontés à la réalité d’une économie difficile, de la dépendance aux marchés, des aléas de la vie comme cet accident qui blesse Marion et met toute l’exploitation en difficulté alors que la chaleur de l’été est étouffante. Jérôme ne peut pas vraiment compter sur sa fille Solène qui termine son collège et avec laquelle les relations sont tendues, ni sur son fils Gabin, trop petit et vivant sur une autre planète. Ils n’ont pas d’autre choix que de se tourner vers les wooffers, ces jeunes volontaires qui travaillent gratuitement sur des exploitations bio en échange du gîte et du couvert. C’est ainsi qu’au cœur de l’été, Théo arrivera aux Maisons Rouges au sein d’une famille en tension où les désirs, les frustrations et les rancœurs silencieuses ne tarderont pas à se libérer.

C’est un premier roman incroyable ! Rarement j’ai eu cette sensation d’évidence dans ma lecture, ce sentiment de lecteur que tous les ingrédients étaient là et en juste quantité, que la recette était parfaite et que bon sang, quand même, quel bouquin. J’ai sincèrement été impressionné par la justesse, celle du propos, des personnages, de leurs réactions, de l’analyse sociétale. C’est un livre abouti que j’avais beaucoup de mal à quitter entre deux périodes de lecture. Un auteur que je compte bien suivre et qui, je l’espère, nous gratifiera d’autres parutions !

Le monde du vivant, de Florent Marchet, a paru le 26 août 2020 aux éditions Stock.

La maison des Turner, Angela Flournoy

Ma note :

Angela Flournoy - La maison des TurnerJe ne pourrais pas expliquer pour quelle raison, mais j’ai toujours été emballé par la lecture de ces sagas familiales au travers des générations, comme dans le prisé Le soleil des Scorta, de Laurent Gaudé, l’immanquable Chronique des Clifton de Jeffrey Archer ou encore le superbe Jours de juin, de Julia Glass. Autant dire que, lorsque j’ai lu la quatrième de couverture de La maison des Turner, je me suis dit que ce roman était fait pour moi.

Nous sommes à Détroit, ville portuaire du Michigan fondée par un français, longtemps prospère grâce à l’industrie automobile (d’où son surnom de « Motor city » ), puis lentement ville refuge des populations noires fuyant le sud des États-Unis, et enfin aujourd’hui cité sinistrée par la crise des subprimes, par le déclin des industries automobiles qui l’avaient fait vivre, par un chômage flirtant avec les pires records, l’ayant conduit il y a quelques années à être la première ville à se déclarer en faillite.

À Détroit, les Turner essaient de maintenir les liens familiaux alors que leur mère, Viola, montre des signes inquiétants de fatigue, et semble de plus en plus malade. Les treize enfants tâcheront de gérer au mieux leurs combats personnels afin de pouvoir se réunir et décider unanimement de ce qu’ils devaient faire de la maison familiale de Yarrow Street, à l’abandon et sans aucune valeur, maintenant que leur mère ne peut plus y vivre.

C’est Charles, l’aîné de la fratrie, dit Cha-cha, vers qui tous se tournent naturellement pour prendre la bonne décision, alors qu’il s’embourbe dans une thérapie après un accident au volant de son camion, pour lequel il a expliqué avoir vu le fantôme qui le poursuit depuis son enfance. Dans la maison abandonnée de Yarrow Street, il y a pourtant Lelah qui squatte dans un silence honteux après avoir tout perdu – travail, amis, famille, logement – à cause son addiction aux jeux, et surtout à la roulette dans les casinos.

Cette saga n’est pas construire chronologiquement, et les turpitudes entrecroisées des frères et sœurs Turner laissent de temps en temps place à un retour dans le passé, pour suivre l’histoire des parents, Viola et Francis Turner. Le roman est globalement intéressant, agréable à lire, et pourtant je garde comme une forme de déception à son endroit, car c’est un roman très inégal, avec des personnages quasi-inexistants et d’autres très détaillés. Si j’ai aimé ma lecture, je l’ai achevée avec le sentiment trouble qu’il manquait quelque chose, qui est peut-être tout simplement la raison pour laquelle les sagas m’emballent autant : l’attachement aux personnages et cette nostalgie qui accompagne les dernières pages, que je n’ai pas retrouvé dans La maison des Turner.

La maison des Turner, d’Angela Flournoy, est publié aux États-Unis en avril 2015 sous le titre « The Turner House » . Il paraît en France le 31 août 2017 aux éditions Les Escales, dans une traduction de Anne-Laure Tissut.

Les huit montagnes, Paolo Cognetti

Ma note :

Paolo Cognetti - Les huit montagnesSuccès incontesté de la dernière rentrée littéraire, ce premier roman de l’italien Paolo Cognetti était incontournable pour celles et ceux qui aiment les romans prenant pour cadre la nature dans ce qu’elle a de plus beau, de plus sauvage, à la Jack London. Sans surprise, le livre s’est vu récompenser du prix Strega, probablement le prix littéraire le plus prestigieux d’Italie, ainsi que du prix Médicis étranger.

Je ne sais pas quelle part de l’auteur se retrouve dans cette histoire, mais elle semble être de cette intimité qui en appelle à l’expérience et aux souvenirs plus qu’à l’imagination. Dans les montagnes de la Vallée d’Aoste, se niche le petit village de Grana, où Pietro et ses parents viennent passer leurs étés, loin de leur quotidien de citadins. C’est là que l’enfant fera la connaissance de Bruno, celui qui deviendra son meilleur ami, et sera accueilli par sa famille comme un deuxième fils.

C’est à ses côtés que Pietro découvre la vie de la montagne, ses ruisseaux, ses difficultés et ses beautés. C’est avec son père que les enfants s’élanceront sur les chemins de randonnées, à la conquête de ces paysages magnifiques que l’on ne découvre que de l’autre côté des cimes. Ces deux là, l’innocent citadin et le taiseux montagnard, étaient faits pour s’entendre.

Les années passent, et Pietro revient vingt ans plus tard sur les traces de son enfance. Avec Bruno, pas plus bavard qu’à l’époque, ils travailleront à remettre sur pied cette masure de pierres nichée dans la montagne. Ces moments passés ensemble sont ceux des amitiés sincères et intenses, et l’on envie parfois cette complicité qui souvent de passe de mots. Pietro découvrira que, malgré son départ à l’autre bout du monde, Bruno et son père ont conservé jusqu’à sa mort une forme de complicité, un lien presque filial.

Je commençais à comprendre ce qui arrive à quelqu’un qui s’en va : les autres continuent de vivre sans lui.

Après s’être fait la main sur quelques nouvelles, Paolo Cognetti signe là un premier roman très abouti, fort, dont l’intensité se niche dans des phrases à la simplicité aussi belle que cette nature sauvage qu’elles servent souvent à dépeindre. Il y a les grands espaces verdoyants de Jack London et les aventures estivales de jeunes enfants dans la nature, à l’ombre d’un père omniprésent, comme dans un roman de Pagnol. Autant de bonnes raisons pour que Les huit montagnes soit un plaisir à lire, et un véritable succès pour l’auteur.

Les huit montagnes, de Paolo Cognetti, est publié en Italie en novembre 2016 sous le titre « Le otte montagne » . Il est publié en France le 23 août 2017 aux éditions Stock, dans une traduction d’Anita Rochedy.

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

error

Retrouvez également mes coups de cœur sur